A l'heure actuelle, on pense que les noms de nos villages, Balbins et Ornacieux, viennent de Gentilices romains. Balbins serait la villa Balbiaco, autrement dit le domaine agricole de Balbius, et Ornacieux serait le Castrum Ornaciacum, le château d'Ornatius. Accessoirement, balbus signifie "bègue", et ornatus "élégant", ou "bien équipé". De fait, des photos aériennes prises dans les années soixante montrent clairement que la région a été centuriée, c'est à dire qu'on a partagé la terre pour donner aux vétérans de l'armée des domaines et un nombre d'esclaves indigènes suffisants pour qu'ils puissent assurer leur retraite.

Les premières mentions de notre village dans l’histoire officielle font état au début de possessions de l'archevêque de Vienne à Balbins. A cette époque, la plaine de la Bièvre était principalement occupée par des bois séparés par des routes chaotiques au long desquelles les arbres étaient abattus, laissant de larges couloirs nus. Balbins s'étendait au bas du coteau, et englobant vraisemblablement les étangs aujourd’hui asséchés du Soulier et du Mangeot, et Ornacieux constituait sans doute une citadelle fortifiée au sommet de la colline. Au moyen Age, le pouvoir était aux mains des puissances militaires. Balbins n'était donc qu'un grenier d'Ornacieux, un bon grenier, le meilleur sans doute du mandement d'Ornacieux.

Les adrets de Balbins aujourd'hui (photo JM Amice)

Tour de la Buissonnière, dernier vestige de la Maison Forte (avec l'aimable autorisation de Mme et M. Colonel-Bertrand)

A l'origine, le village de Balbins était cantonné à la partie est de l'actuelle commune. L’église fut fondée au XIV ème siècle, par Gabriel Normand, de Berlorin. Le chanoine Lanfrey signale que cette église Saint Pierre était rattachée au prieuré de Commelle en 1375.
La partie ouest existait, certes. C'étaient les hameaux du Pion et du Jupin, dépendant des maîtres de la Maison Forte d'Armanais, alors que le hameau de Balbins dépendait des seigneurs de la Buissonnière. Il y avait donc une frontière entre les deux parties de l'actuelle commune.
Balbins était un hameau d'Ornacieux, le Jupin et le Pion aussi d'ailleurs, et ces hameaux étaient dominées qui par la maison forte de la Buissonnière, qui par celle d'Armanais. Celle-ci appartint d'abord à la famille du seigneur d'Ornacieux, puis fut vendue à la famille de Salignon, de la Côte St André.
En 1525 est élevée dans l’église de Balbins une chapelle dédiée à Michel Archange, par Pierre de Salignon, seigneur de la Buissonnière. Il est fait état en 1547  de conflits arbitrés par les autorités de Grenoble entre le Seigneur d'Ornacieux, représenté par la dame de la Buissonnière, Françoise d’Arces, et les représentants de la Côte Saint André, concernant la frontière entre les deux mandements (source J.Imbert). Chapelle Saint Michel

Derniers vestiges des dépendances du Couvent des Ursulines
Aux 16ème, 17ème et 18ème siècles, l'église St Pierre de Balbins subira les intempéries et le vandalisme des Protestants. Elle sera péniblement réparée, et durera jusque vers 1840, où, délabrée, elle sera démantelée. A son emplacement sera bâtie notre actuelle chapelle, pour garder un lieu de culte aux Balbinois, en attendant l'érection de la nouvelle grande église que nous connaissons aujourd'hui. La petite chapelle du cimetière a ensuite servi de lieu de recueillement pour les voyageurs de Compostelle et les visiteurs du cimetière. Elle a démontré son utilité malgré la grande église, et a su résister aux ans. Elle est encore vaillante de nos jours, car elle a été restaurée régulièrement.
La maison forte de la Buissonnière fut vendue en 1675 aux Ursulines de Tullins, qui la transformèrent en collège religieux pour jeunes filles. La réputation de ce collège grandit, et la communauté compta jusqu'à 37 religieuses. L'office avait lieu dans la petite chapelle de St Michel. En 1792, le domaine de ce couvent fut vendu comme biens nationaux.

Balbins devint l'année suivante une commune, grâce à l'amitié de son futur maire avec l'Abbé Grégoire, conventionnel bien connu. Il s'agissait vraisemblablement aussi de réduire le domaine du Marquis d'Ornacieux au minimum de superficie, avec les terrains les plus ingrats du mandement. La commune d'Ornacieux furt donc grandement lésée au moment de dessiner les frontières des communes.

Les bâtiments du couvent, vendus comme biens nationaux, se dégradèrent, et il en reste aujourd'hui la tour, restaurée dans les années 1970 par les nouveaux propriétaires, Mme et M. Colonel-Bertrand. Restent encore de l'ancien couvent deux bâtiments annexes, en galets roulés et tuiles romaines. 
Vers 1840,les paroisses de Balbins et d'Ornacieux fusionnèrent, et on construisit entre les deux villages une nouvelle église commune, en utilisant les matériaux de l'ancienne église d'Ornacieux et de l'ancien château fort d'Ornacieux situé au sommet de la colline.

Eglise d'Ornacieux Balbins


Château d'Armanais (avec l'aimable autorisation de M. le Comte de Monts de Savasse)
Au milieu du XIXème siècle, la famille de Monts de Savasse fit construire le Château d'Armanais sur la place de l'ancienne maison forte édifiée vers 1440 par la famille Blanc de Blanville, et qui avait été détruite à cette occasion, Il ne reste plus aujourd'hui de cet antique ouvrage que la tourelle, et la croix qui était à l’entrée de la chapelle.
En 1888, le célèbre peintre Johann Barthold Jongkind, ayant élu domicile à la Côte Saint André, séduit par le site de la chapelle et du cimetière, représente l’endroit dans un petit tableau plein de talent et de vigueur. Il peindra aussi le col des Crozes, situé à Balbins lui aussi.
"Le Cimetière de Balbins", de J. B. Jongkind (photo Musée Faure d'Aix les Bains)
 
La Salle des Merisiers, bâtiment interassociatif récemment achevé
La population du village, qui avait beaucoup diminué en un siècle, a repris une courbe ascendante depuis quelques décennies : 1866 : 387 habitants, 1966 : 233 habitants, 1975 : 257 habitants, 1982 : 314 habitants, 2008 : 396 habitants Les perspectives inscrites au PLU de 2007 prévoient un maximum de 500 habitants pour l'horizon 2025, afin de garder son âme au village de Balbins....
Ces dernières années a été commencé un nouveau plan d'aménagement du centre village, où ont été installés des édifices à vocation culturelle ou administrative, Salle de Cantine, bibliothèque, locaux associatifs où peuvent se réunir aussi les Bureaux des Associations, ainsi que le nouveau Monument aux Morts, commun aux deux communes.
Histoire
© 2017